mardi 26 février 2008

Canada, rien que du bonheur !

Toronto 9 février. Montréal 11 février. Deux événements ! Deux dégustations organisées pour le groupe Renaissance des AOC avec des producteurs en biodynamie, artisans de pays différents. C'était une première, nous étions très attendus...


Montréal : des échanges passionnants entre des participants et Yvon Minvielle

Au Canada, le froid nous a saisi les os (-27°C) mais le chaud nous a rempli le cœur. Que ce soit à Toronto (Ontario) où à Montréal (Québec) la qualité de l'accueil, l'organisation des salons, la spontanéité positive des organisateurs et des participants nous ont enchanté. Le Château Lagarette se sentait bien. Ajoutons à ces impressions fortes que nos interlocuteurs tous très jeunes et très compétents ont fait couler à flot enthousiasme, détermination, travail, passion, culture et qualités des échanges.

1- Sur l'organisation des salons tout d'abord.
Notre étonnement porte sur la gestion des flux de participants. En France tout comme ailleurs la cible d'un salon c'est le professionnel moyen, novice ou chevronné. A Toronto et à Montréal nous avons ressenti l'entrée progressive et réglée des participants du salon comme soigneusement pensée, pesée et mesurée. A Montréal par exemple : le salon s'ouvre et tout commence par la SAQ (société d’État qui a pour mandat de faire le commerce des boissons alcooliques au Québec) avec ses conseillers et acheteurs, puis entrent en scène les professionnels (importateurs) suivi des restaurateurs eux-même talonnés par la presse, les étudiants (sommeliers) et leurs enseignants. Viennent ensuite les "amateurs éclairés" issus de cercles et clubs de dégustation. Un vrai ballet ! Epuisant mais passionnant, car ce n'était jamais tout à fait les mêmes qui nous interpellaient pour déguster et commenter : diversité, richesse des échanges.

2 - Sur l'accompagnement de la dégustation par des produits locaux.
Cochonnailles, légumes, soupes, "tapas" canadiennes, mets délicats, les nourritures locales étaient au rendez-vous, offertes aux participants du salon en accompagnements des vins proposés par Renaissance des AOC. Un geste concret sympathique et accueillant pour les participants. Bien sûr ! Mais aussi et surtout un geste symbolique pour les producteurs de vin, que l'on pourrait résumer ainsi : "Accueillir vos vins, chez nous au canada, c'est leur donner la possibilité aujourd'hui de combiner vos saveurs avec les produits de nos terroirs".

3 - Sur la spontanéité et la qualité des échanges.
Rires, plaisanteries, histoires drôles pour faire vibrer l'âme du vin et donner à chacun l'envie de l'échange et de la dégustation. Les questions étaient précises, cultivées. Rien de pesant et de pincé. Pas de silences désobligeants. Rien que du bonheur !

Un grand merci pour leur accueil à Bernard, Sylvie (Toronto, "Le Sommelier"), à Cyril (Montréal, "La QV inc."), avec une mention spéciale pour Eloi, l'homme aux galettes de thé (Montréal, "Le Cheval Blanc").

jeudi 7 février 2008

Belle dégustation à Angers le 3 fevrier 2008 !

"Je ne suis que le libraire et sur ma table j'accueille les ouvrages dont vous êtes les auteurs" (un visiteur caviste à la table de Lagarette). Le groupe Renaissance des AOC a eu un très grand succès !


Viticulteurs et dégustateurs, sous la charpente des greniers Saint-Jean...

Il y avait sous la magnifique charpente des greniers Saint-Jean tout un bruissement de positivités, opportunités, ouvertures, rencontres à venir, partenariats, marchés possibles, etc. Bref sans être très joyeuse, l'humeur était à l'optimisme. Sans doute parce que le "bio" est aujourd'hui porteur et qu'il connait un réel développement économique. Entendons le "bio" en général, se porte bien. Par contre la viticulture "bio" et en biodynamie, elle, doit toujours se battre pour gagner sa place surtout en France.

Cette année les cavistes étaient très présents au Salon d'Angers. Nous les avons trouvés différents, ouverts et intéressés par le vin "bio". Moins de réserve, moins de jugement tous faits. Tous semblaient avoir le souci de comprendre pour mieux choisir et... mieux acheter. Banale observation puisque tous étaient venus à Angers, ce dimanche 4 février pour rencontrer aux greniers Saint-Jean des viticulteurs travaillant en biodynamie et si possible leur acheter leur production.

Soit, mais quelques fois les rencontres cavistes/vignerons n'ont pas toujours été heureuses (cf. notre blog Rumeur chez les cavistes). L'un d'entre eux a trouvé une formule très juste pour mieux distinguer les interventions respectives du vigneron et du caviste. "Je ne suis que le libraire et sur ma table j'accueille les ouvrages dont vous êtes les auteurs". Et d'ajouter : "Il serait regrettable de mélanger et de confondre les positions. Nul n'y gagnerait !" Paroles de sagesse. Les cavistes bavards analystes qui n'ont jamais vinifié sauront, espérons-le, y trouver une inspiration positive.

Ne pas oublier ! Accrochée au "ciel" des greniers Saint-Jean, Cette étonnante banderole sur les OGM : "Nous sommes contre les OGM. en plein champ". Enfin les positions sont prises ! Les positions s'affichent ! Faut-il y voir l'une des suites positives du Grenelle de l'Environnement ? Peut-être... Mais peu importe le cheminement de la prise de décision. Ce qui compte c'est qu'elles se manifestent publiquement et sans ambigüité. D'autres ont encore beaucoup de chemin à faire.