dimanche 17 octobre 2010

Géniales vendanges 2010 à Lagarette




Cabernet Franc pour la Cuvée CYRUS 2010

Les vendanges 2010 viennent de se terminer. Nous sommes le 15 octobre. Nous vendangeons un mois plus tard qu'il y a cinq années. Réchauffement climatique ? Modification de nos pratiques viticoles ? Réactions et adaptations locales de nos cépages ? Difficile d'apprécier les origines de ce déplacement dans le temps de nos vendanges.

«Génialité des vendanges 2010»
Cette année, les vendanges ont été exceptionnelles par la qualité des raisins, la qualité des levures, la qualité des arômes que nous ont donné les premiers jus. Cette «génialité» de la vendange 2010 peut, elle aussi, avoir plusieurs origines. Certains diront que 2010 est une année très ensoleillée, avec peu de maladies, d'autres penseront avec nous, que la qualité des raisins obtenus, ainsi que la qualité des premiers jus et leurs arômes, c'est aussi le résultat d'un travail engagé depuis maintenant plus de dix années. C'est aussi le produit d’une de pollenisation de nos manières de faire, par les savoirs et les pratiques, de nos proches et amis viticulteurs, membres du Groupe Renaissance des A.O.C.

Partout on parle de «biodynamie» ? Il faudrait s'entendre sur ce qu'est la «biodynamie». Pour nous,il s'agit d'une vision globale, de la nature et de la vie. Il ne s'agit pas uniquement d'une méthode, d'une technique ou d'un ensemble de pratiques plus ou moins irrationnelles. Ce qui importe : c’est cet autre regard que nous portons sur la nature qui nous guide dans nos actions. Regard dont la construction est nourrie de savoirs et de sagesses accumulés par les anciens pendant des millénaires. Il importe de ne pas croire que l'on a trouvé une voie de salut ! Non ! Il s'agit d’une approche patiente de la vie végétale, de la vie animale, de la vie de la terre, de nos vies. Approche patiente qui nous conduit à observer et à accompagner le développement, de la plante et de ses potentialités.

Nous n'avons pas que des amis.«La biodynamie» questionne de manière directe l'agrochimie, et tout son environnement business «douteux». Aujourd'hui résistance et ignorance aux approches et démarches de «la biodynamie» font bon ménage. Elles nourrissent «la réaction viticole», mouvement de pensées où se rassemblent «des réactionnaires progressistes» qui vouent à la religion du progrès (grâce à laquelle ils s'enrichissent), une passion sans limite et surtout sans aucun recul critique. Il nous faudra un jour prendre le temps de dessiner les portraits de ces réactionnaires progressistes qui font tout pour éviter les avancées des vins dits naturels qu'ils soient en «bio» ou en «biodynamie». Beaucoup de méchanceté et d'ignorance, dans leurs pratiques.

Mais cela n'empêchera pas nos vins de se faire est d'être des «vins citoyens» respectueux de la nature et de ceux qui les apprécient. En réplique nous affichons notre engagement sur la qualité du produit, sur la qualité des sols, et du travail fourni pour produire nos vins.
Nous ne sommes ni des "vendeurs d'étiquettes", ni des promoteurs d'A.O.C., aujourd'hui bien fragilisés. Nous sommes des passionnés, passionnés par l'identité du lieu et du terroir, dont nous cherchons à exprimer l'intimité et l'identité, à l’aide de cette belle plante étonnante qui s'appelle vigne...

lundi 27 septembre 2010

Autre manière de penser la nature



Avec les vignerons en biodynamie,
ré-apprendre à lire la nature et à agir avec elle.

L'Espagne, l'Alsace, l'Autriche, Banyuls, les tournages ont continué et notre grenier à images n'en finit pas de se remplir de témoignages étonnants. Que restera-t-il de ce travail ? Un film long-métrage sur « le réveil des terroirs » sans aucun doute. Et nous l'espérons de qualité ! Mais parviendra-t-il ce film à traduire, à faire partager, à donner à voir, ce potentiel énorme de sagesses pratiques que nous avons rencontrées ? Dont nous avons retrouvé trace serait plus juste. Il faudrait plus de 90 minutes de film pour rendre compte de cette autre manière de penser la nature, et d'entrer en rapport avec elle que nous ont montré tous ces viticulteurs amis.

Car c'est bien de cela qu'il s'agit, « une autre manière de penser la nature et d’entrer en rapport avec elle ». La viticulture en biodynamie très riche en expérimentations, rassemble des opportunités positives pour poser, à nouveau frais, cette question radicale, « une autre manière de penser la nature et d’entrer en rapport avec elle » sans plus.

Alors comment ne pas trouver un échos à nos analyses dans les propos du philosophe Michel Onfray (le Monde du 19 et 20 septembre 2010) où il nous rappelle que : « La fin du monde rural, l'urbanisation tentaculaire, la centralisation citadine, le modèle jacobin nous ont conduit peu à peu à tourner le dos à la nature . Presque plus personne n'est capable aujourd'hui de se mouvoir, de ressentir avec aisance et simplicité les univers dits de nature.... N'avoir connu dès son plus jeune âge que le béton urbain, les quadrillages citadins, les pollutions sensorielles c’est immanquablement se retrouver coupé du monde, sectionné de soi, ignorants de rythmes et pulsions de la nature.

La nature aujourd'hui est la plus part du temps affaire d’urbains, d'intellectuels, qui l’appréhende par le filtre de leurs bibliothèques. Elle se trouve saisie sur le mode conceptuel, idéal théorique comme une chose mentale. »

À notre manière, avec les ressources qui sont les nôtres, sensibilité, savoirs d’expériences, nous sommes en route pour retrouver trace et si possible rendre à nouveau visible et sensible les sagesses vigneronnes pratiques qui expriment si bien au quotidien les rapports homme/ nature, homme dans la nature, nature de l’homme .

Merci au philosophe de nous rappeler par ce texte que nous ne sommes pas les seuls à vouloir rendre compte de l’immense richesse des savoirs de connivence que les humains « élaborent » lorsqu’ils reviennent avec simplicité, une simplicité active et sensible, au contact de la nature

vendredi 9 juillet 2010

Vins & pesticides : Continuer le débat...



Le 1er Forum « Vins et Pesticides » du 29 juillet 2010 à Paris, a rassemblé de nombreuses personnes passionnées par le sujet. Participants et intervenants ont par leurs échanges, points de vue, témoignages et analyses, commencé à tisser une toile qui ne demande qu’à prendre de l’ampleur. Le « blog-documentaire » vins et pesticides continue sa route... Il est enrichi par une vidéo de 32mn qui rend compte des prises de position des différents contributeurs lors du Forum.
Vous pouvez lire et commenter cette vidéo sur le blog http://www.biody-galaxy.com/vins-et-pesticides/video/
Il est possible aussi si vous le souhaitez faire un lien avec votre blog ou votre site, ou encore de l’intégrer dans vos supports, après accord avec Anemos tel : 0603253691 anemos@wanadoo.fr

lundi 21 juin 2010

"VINS & PESTICIDES" EN DEBATTRE LE 29 JUIN !


"OUI OU NON Y A-T-IL DES RESIDUS DE PESTICIDES DANS LE VIN ?"

Premier forum proposé et animé par Yvon Minvielle !

Mardi 29 juin 2010 à l'ENGREF(de 16h à 19h), 19 avenue du Maine, amphithéâtre RC, à Paris 15- Métro Montparnasse.


Voilà un sujet qui préoccupe consommateurs, amateurs et dégustateurs de vins. Chaque fois que nous levons notre verre de vin à la santé des amis et des proches nous y pensons. "Oui ou non y a-t-il dans ce verre de vin des résidus de pesticides susceptibles d’affecter ma santé et celle de mes proches ?"
Le 29 juin après-midi ce sujet sera largement débattu, avec les meilleurs spécialistes vignerons et experts.
Si cette question vous touche professionnellement et/ou personnellement n’hésitez pas à participer à ce débat et à naviguer dans notre blog.

Pour préparer ces rencontres, Yvon Minvielle vous propose un blog documentaire. Et pour prolonger ce forum, un ensemble de documents organisés ,vidéo, son, textes, qui vous permettront à tous de reprendre avec vos proches, collaborateurs et amis, cette question aujourd’hui incontournable.
Cette séance sera filmée et sera accessible sur Internet pour tous ceux qui voudront aller plus loin. Tous les viticulteurs intervenants à ce forum sont membres du "Groupe Renaissance des A.O.C, La biodynamie, viticulture de demain". www.biodynamy.com

Les intervenants :

- Nicolas Joly, (Coulée de Serrant),fondateur de "Renaissance des Appellations"

- François Veillerette, Porte-parole du MDRGF,

- Jean-Charles Bocquet, Président de l’UIPP (sous réserve),

- les auteurs et contributeurs du rapport «Pesticides et santé» ( Assemblée Nationale),

- Philippe Gourdon (La Tour Grise) et Mark Angeli (Ferme de la Sansonniere), viticulteurs en Pays de Loire.

- Dominique Techer Président du CIVAM Bio d'Aquitaine et viticulteur (Château Gombaude Guillot à Pomerol).

- Dominique Belpomme, Professeur et cancérologue, (sous réserve)

- Yvon Minvielle, viticulteur dans le bordelais (Château Lagarette) et sociologue

________________________

Inscription à confirmer sur le blog
http://www.biody-galaxy.com/vins-et-pesticides.

Renseignements / Contacts :
yvon.minvielle@wanadoo.fr ou chateau.lagarette@wanadoo.fr,ou contact@biody-galaxy.com
Tel : 01 43 06 76 98 / 05 56 20 08 78

samedi 15 mai 2010

Pontet Canet en biodynamie ?

Pour "dégainer" en biodynamie !





Médoc, vignes, allées, sols étonnants !
Pontet Canet et ses chevaux ! Quelle histoire !

Le Château Pontet Canet en biodynamie ! L'information n’est pas récente. Cela fait des années que les tentatives de ce domaine pour entrer en biodynamie, appellent commentaires, réserves, moqueries ou félicitations, dans le petit monde des biodynamistes. Peu importe ! Le neuf, le récent, l'étonnant, se trouve ailleurs. Il s'agit de la langue utilisée par les journalistes pour présenter la biodynamie.

Empruntons à la Grande Presse quelques phrases et expressions récemment utilisées Que lit-on ? « La biodynamie n'est pas une lubie passéiste », « la biodynamie permet de rendre au sol leur virginité d'antan, d'en finir avec les pesticides, les engrais, les insecticides et toute cette modernité technique qui rend les sols durs, comme du béton mort vitrifié. » A propos de Pontet Canet. On s’étonne que le propriétaire vienne d'acquérir de magnifiques chevaux de trait pour le travail dans les vignes et cela non pas pour faire joli mais pour éviter de tasser la terre entre les rangs ! » Ou encore on relève les effets produits par la biodynamie, sur « l'environnement propriétaire » en Médoc. Il ne se passe pas une semaine sans que des représentants des plus grands domaines du Médoc ou de Libournais viennent rendre visite pour essayer de comprendre et d'évaluer la possibilité d'en faire autant chez eux.. Tout se passe comme si le Médoc était sous le choc d'une alerte rouge : il faut changer !

De tout cela il ressort une intention ( portée par qui, comment, pourquoi ?) : positiver la biodynamie ! Il n'en a pas toujours été ainsi. Les tendances seraient-elle en train de s'inverser ? D'autres faits trop longs à commenter ici nous invitent à le penser.

Perçus il y a encore quelques temps, comme des "passéistes illuminés", les biodynamistes seraient-ils aujourd'hui devenus les guides possibles de l'une des voies possibles de la viticulture française.

A Lagarette, mais aussi dans l'ensemble des domaines adhérents au mouvement « La Renaissance des AOC », les vignerons n'ont pas attendu Pontet Canet. Notre engagement dans cette voie, se fonde sur des constats autres que ceux nourris d'observations « marketing ».
- Une nature de plus en plus dégradée, des sols abîmés, des plantes fatiguées.
- Des problèmes de santé manifestes, pour l'ensemble des humains, utilisant les produits de cette agriculture chimique.
- Une perte du goût authentique.
- Un modèle économique dangereux pour les exploitations viticoles.
- etc.
Avec tout cela, observations, principes, et un peu de savoir-faire, beaucoup de « savoirs-faire » accumulés, nous avons fait au Château Lagarette, les vins que vous connaissez et appréciez !

samedi 1 mai 2010

Biodynamie, réveil des terroirs, connaissances oubliées, salinité des vins ?



En mai 2010 nous avons reçu Jacky Rigaux,écrivain, Université de Bourgogne. Qu'entend-il par "réveil des terroirs" ? Réveil qui redessine les différentes manières de cultiver la vigne: conventionnelle, raisonnée, bio, biodynamie, nature.


"La biodynamie est une troisième viticulture qui s'organise autour des connaissances oubliées. Cette viticulture porte une double attention à la vigne d'une part, elle se préoccupe du fait que la vigne plonge ses racines dans le sol, d’autre part elle se préoccupe du fait que la vigne étend son feuillage vers le ciel. La biodynamie prend en compte tous les éléments naturels, aussi bien ceux qui viennent du haut que ceux qui viennent des profondeurs de la terre. Elle accompagne la vigne si souvent maltraitée par des excès de productivisme et de chimie vers de nouveaux équilibres".
Idée majeure des viticulteurs en biodynamie : réactiver les forces naturelles de la vigne, utiliser des « préparats » pour faire en sorte qu’au bon moment, on aide la plante, par des apports de produits naturels, à retrouver son fonctionnement normal . L'idéal serait qu'à terme la vigne se débrouille toute seule, mais de temps en temps elle peut avoir besoin de "préparats".

Quelle différence de goût entre les vins issus des méthodes conventionnelles et ceux issus de la biodynamie ? "Avec la viticulture conventionnelle on a des raisins qui ont un rapport, jus, peau, différent. Les peaux étant aujourd'hui de plus en plus fines, les vins sont de plus en plus dilués. Il faut donc intervenir souvent. Certains chaptalysent. Du coup, ça donne des vins où la sucrosité domine. Robert Parker les a plébiscités puisqu'il aime ces vins puissants à haute sucrosité . Les vins issus de la biodynamie, eux, retrouvent les goûts d'avant le phylloxéra. Ils renouent avec la salinité, cette finale qui se termine sur des sensations plus cristallines que sucrées"

lundi 12 avril 2010

Savoirs de connivence ?


François Jullien
22 mars. Entretien avec Yvon Minvielle.


Chemin faisant, de François Jullien à Fonroque...

Semaine du 22 au 28 mars 2010. Pour nous et le Chateau Lagarette, semaine étonnante marquée par deux moments fort : un entretien interview avec le philosophe François Jullien sur les "savoirs de connivence", suivi d’une dégustation rare, exceptionnelle, de vins de Bordeaux en "Primeurs" et en biodynamie, au château Fonroque à Saint-Emilion.

Quels liens entre ces deux événements ? Le fil de nos histoires ? c’est un peu court. Il existe des liens spécifiques bien que non visibles entre ces deux rencontres exceptionnelles.

L’entretien avec François Jullien, Professeur à l’Université Denis Diderot à Paris avait pour objet les « savoirs de connivence » savoirs que François Jullien définit comme les savoirs de l’intime. Ceux qui se construisent lors de la fréquentation régulière d’un lieu, d’une plante, d’êtres vivants singuliers ou collectifs, de textes, de pratiques sociales etc. Nous souhaitions le rencontrer pour approfondir avec lui cette notion de "savoir de connivence" si utile, si positive pour nous .

Dans le travail que nous engagé pour la production du film « La biodynamie, viticulture de l’avenir » elle nous aide à penser et à mieux apprécier les sagesses pratiques des vignerons en biodynamie. En effet dans le cours de nos échanges avec ces derniers et lors de nos tournages en province, nous avons constaté de très nombreuses fois que les "savoirs d’expériences" des vignerons biodynamiques sont issus pour une large part de la fréquentation quotidienne de leurs vignes et de leur sol, associée à leurs outils de travail et à la connaissance historique qu’ils ont des lieux sur lesquels ils interviennent.
«Tandis que la connaissance s’enseigne de façon discursive et méthodique, la connivence se noue, se tisse, au fil des jours, sans qu’on y vise et même sans qu’on n’y pense sans qu’on pense à y penser » François Jullien "Le Pont des singes" Edition Galilée. Pour les vignerons en biodynamie, la connivence c'est le quotidien de la vie au contact de la plante.
De l'entretien à la dégustation, il n'y a qu'un pas ou plutôt qu'un fil à suivre qui est celui des "savoirs de connivence".

Les vins de Bordeaux du Groupe Renaissance des AOC en "Primeurs"? Falfas, Gombaude&Guillot, Fonroque, Lagarette, Puy Arnaud,... étaient rassemblés en " verticale" pour la première fois au Château Fonroque par Ulrich Sautter, pour cette dégustation qui exprimait tous, le lieu, les savoir-faire, l'inscription historique des pratiques vigneronnes dans leur espace viticole, bref autant de savoirs d'expériences, de savoir de connivence qui se laissaient goûter et apprécier lors de cette heureuse rencontre.
yvon.minvielle@wanadoo.fr

mardi 23 mars 2010

En vert et contre tous

"Bordeaux et sa région
L'invitée Olympe Minvielle. Vin sur vin "





Le magazine "ELLE" a publié aux premiers jours du printemps 2010, un portrait de la vigneronne du Château Lagarette. S' y retrouvent mêlés et justement conjugués, son parcours, ses choix, ses valeurs, ses batailles et de nombreux détails pleins de couleurs et de saveur. Au coeur de ce portrait, à ne pas négliger, les batailles qu'elle a dû conduire «en vert et contre tous » pour que son vin exprime au plus juste le lieu et le terroir de Lagarette. Nombreux ont été les obstacles matériels et immatériels à franchir pour celle qui a fait le choix d'une viticulture en biodynamie : sarcasme des voisins, agressions à répétition de la municipalité, conseil «foireux» des conseillés agricoles ou oenologues conventionnalistes. Sans oublier la douce nature qui ne se laisse pas toujours accompagner comme nous le souhaitons. Tout simplement peut-être parce que au début, nous ne l'avons pas comprise et suffisamment écoutée.
Mais au bout du bout de toutes ses batailles « en vert et contre tous » il y a un vin « génial » apprécié de tous, souvent nominé et vendu dans plus de 10 pays. Mais il y a plus : peu à peu une sagesse pratique a pris forme elle dessine un nouveau rapport à la nature, au cosmos, à la vie, à toutes ces choses qui font notre quotidien, et donne saveur à notre existence. Merci Olympe.
yvon.minvielle@wanadoo.fr

lundi 8 mars 2010

La nature est plus forte que celui qui prétend la connaître !

27 février 2010 la tempête Xynthia nous a surpris !





Après le passage de Xynthia, la destruction des digues, des morts par dizaine dans les villages de Vendée, nous sommes abasourdis, muets de stupeurs, tous travaillés par une colère froide.

Ce qui s'est produit aurait pu être évité, si les hommes aveuglés par leur folie rationnelle et leur cupidité n'avaient pas défié la nature. Pourquoi ces digues ? Pourquoi vouloir " barrer la route" aux éléments , si ce n'est par ce que l'on pense, sans en douter un seul instant, qu'il est possible et même souhaitable de dominer la nature et qu'il est aussi possible de faire des gains en modifiant son cours. Par exemple, fabriquer du foncier là où il n'y en a pas, en gagnant des km2 sur la mer. La nature spoliée se rappelle alors à vous en reprenant sa place.

D'autres solutions existent. Alexandra (notre fille) nous a souvent donné en exemple ce village en bord de mer, quelque part au Brésil, où les rues, ruelles et trottoirs, aménagés permettent à la marée d'accéder à sa zone d'expansion naturelle sans affecter les habitations et autres bâtiments du village. Dans cette région du Brésil la communauté des hommes a choisi de ne pas barrer la route à la nature ( ici la marée) mais de partager avec elle l'espace disponible en cherchant à harmoniser les besoins de chacun.

Comment ne pas rebondir sur nos pratiques ordinaires de vignerons où à chaque moment du cycle annuel de la plante, ces questions se posent et se reposent. Comment accompagner la plante dans son accomplissement ? Comment cheminer (faire chemin) avec elle sans rien lui imposer ? Comment donner chaque jour à l'idée d'harmonie une expression concrète ? Et de se rappeler sans cesse que "La nature est plus forte que celui qui prétend la connaître " Jacky Rigaux, écrivain, Université de Bourgogne

jeudi 4 février 2010

L'age de raison !

"2010 c'est l'âge de raison !", nous dit Mark Angeli, lorsque nous lui demandons de qualifier le salon d' Angers . Vigneron à "La ferme de la Sansonnière" en Pays de Loire, Mark organise chaque année le salon.



Grenier St Jean Angers

Pour un salon qui entre dans sa septième année, l'âge de raison paraît une évidence. Mais n'en restons pas là, poussons un peu plus loin notre argumentation et écoutons Mark Angeli : "Cet âge de raison c'est aussi une forme de maturité. Le fait d'être bio pour accéder au salon n'est plus une condition, c'est une évidence, tout à fait incontournable dont il ne doit plus être nécessaire dorénavant de parler. Ensuite, le fait d'être bio ou en biodynamie ne suffit plus, ce qui compte, c'est l'expression vigneronne d'un homme ou d'une femme dans le produit vin".

Derrière chaque vin (si l'on peut s'exprimer ainsi) il y a un lieu, mais il y a aussi une femme, un homme qui, avec ses vignes, dit le lieu, mais aussi se dit lui-même au travers du vin produit. La biodynamie, nous disait l'un des dégustateurs, force les caractères des vignerons à mieux s'exprimer, à s'accomplir en quelque sorte.

Cette maturité, cet accomplissement nous l'avons ressenti, pour ce qui nous concerne, lors de la présentation devant une centaine de vignerons, membres de l'association "Renaissance des A.O.C.", de notre film - pour l'instant un court-métrage- sur la biodynamie. Produit des tournages en Pays de Loire et en Bourgogne en 2009 et d'interviewes ( David Ridgway, Sommelier à La Tour d'Argent - Denis Saverot ( Directeur de la Revue des Vins de France) - Jacky Rigaud ( écrivain Université de Bourgogne), ce film voudrait exprimer les sagesses pratiques des vignerons en biodynamie. Nombreuses ont été les idées et les propositions qui ont suivies la projection. Volonté sans doute de faire "oeuvre commune", mais aussi affirmation du Groupe "Renaissance des A.O.C.", qui lui aussi entre en maturité.

olympe et yvon,chateau.lagarette@wanadoo.fr

dimanche 10 janvier 2010

Bonne année 2010 !




Honorés par les reconnaissances que, nos clients, partenaires et éditeurs, nous ont adressées en 2009, Château Lagarette, souhaite vous apporter pour cette nouvelle année, un vin, son vin, ses cuvées : "Cyrus" et "Renaissance", un vin que nous voulons "pur", sans ajout chimique, un vin qui exprime le lieu et l'expérience de ceux qui le font, un vin qui fait chanter ensemble, pour votre plaisir, les harmonies de la nature.
Olympe et Yvon

Prochain Salon de dégustations du groupe "Renaissance des AOC"
ANGERS Grenier St Jean 30 et 31 janvier 2010
Autres Salons, aller sur le site : www.biodynamy.com

samedi 2 janvier 2010

Accompagner les transformations de la matière ?



Dessert " Jelly". Photo de Genevieve Anhoury

Pour l'astrophysicien Sébastien Charnoz : Embryon planetaire en fusion



Janvier 2010. Palais de la Découverte.
Expo : " Astronome, Gastronome",
Des fruits, des légumes, du lait ... des ingrédients simples pour figurer l'Univers, le monde et les hommes.

Une belle expo, où science et imaginaire se conjuguent à merveille !
Une expo, où l'on apprend qu'un jaune d'oeuf, saisi par une spirale rappelle ( à celui qui le sait déjà) le mouvement d'un trou noir avaleur d'étoiles. Très globalement une expo qui suggère qu'entre les formes et les mouvements de la macro-matière , telle que l'observe, mais aussi la re-construit l'astronome, et les micro-matières que nous utilisons dans la cuisine pour préparer plats et repas, il y aurait peût-être plus que de la ressemblance.

Mais à y regarder d'un peu plus près on s'aperçoit qu'il faut nuancer le propos. Au tout début de notre histoire (d' Exposition) nous avons une photographe portée par une intuition. Montrer à partir des matières que nous utilisons tous les jours pour préparer nos repas, les formes et les dynamiques des macro-matières qui dans les espaces infinis s'agitent ... infiniment. Ainsi, quelques gouttes de vinaigre qui pénétrent lentement dans un fond d'huile pour former vinaigrette nous suggèrent bien plus que de la vinaigrette. Au côté de cette photographe, pleine d'intuition et d'imagination, un scientifique conférencier cherche des supports pour presenter à son public, les mouvements de la matière qu'il décrit par ailleurs.
La rencontre ne pouvait que se faire et la collaboration se construire.
Et les accompagnements emerveillés des scientifiques et des cuisiniers se mirent alors à converger vers notre paire d'amis . Toute l'expo décrit ce rapprochement.

Mais pour nous vignerons en biodynamie, cette Expo délivre d'autres messages. Elle nous rappelle et nous donne à penser les mouvements de la matière se transformant, passant progressivement de l'état de fruit, à l'état de vin. Ce continuum, l'Expo ne le montre pas. Elle ignore hélas la continuité des processus ( la vie !) dans lesquels nous imergent intensément nos travaux de vinification. Il faudrait proposer à notre paire d'amis, photographe et astrophysicien, d'associer au groupe des commentateurs (poètes et scientifiques) un vigneron en biodynamie qui dans le quotidien de son travail accompagnent les troublantes transformations de la matière.
Tout le monde y gagnerait !