samedi 15 mai 2010

Pontet Canet en biodynamie ?

Pour "dégainer" en biodynamie !





Médoc, vignes, allées, sols étonnants !
Pontet Canet et ses chevaux ! Quelle histoire !

Le Château Pontet Canet en biodynamie ! L'information n’est pas récente. Cela fait des années que les tentatives de ce domaine pour entrer en biodynamie, appellent commentaires, réserves, moqueries ou félicitations, dans le petit monde des biodynamistes. Peu importe ! Le neuf, le récent, l'étonnant, se trouve ailleurs. Il s'agit de la langue utilisée par les journalistes pour présenter la biodynamie.

Empruntons à la Grande Presse quelques phrases et expressions récemment utilisées Que lit-on ? « La biodynamie n'est pas une lubie passéiste », « la biodynamie permet de rendre au sol leur virginité d'antan, d'en finir avec les pesticides, les engrais, les insecticides et toute cette modernité technique qui rend les sols durs, comme du béton mort vitrifié. » A propos de Pontet Canet. On s’étonne que le propriétaire vienne d'acquérir de magnifiques chevaux de trait pour le travail dans les vignes et cela non pas pour faire joli mais pour éviter de tasser la terre entre les rangs ! » Ou encore on relève les effets produits par la biodynamie, sur « l'environnement propriétaire » en Médoc. Il ne se passe pas une semaine sans que des représentants des plus grands domaines du Médoc ou de Libournais viennent rendre visite pour essayer de comprendre et d'évaluer la possibilité d'en faire autant chez eux.. Tout se passe comme si le Médoc était sous le choc d'une alerte rouge : il faut changer !

De tout cela il ressort une intention ( portée par qui, comment, pourquoi ?) : positiver la biodynamie ! Il n'en a pas toujours été ainsi. Les tendances seraient-elle en train de s'inverser ? D'autres faits trop longs à commenter ici nous invitent à le penser.

Perçus il y a encore quelques temps, comme des "passéistes illuminés", les biodynamistes seraient-ils aujourd'hui devenus les guides possibles de l'une des voies possibles de la viticulture française.

A Lagarette, mais aussi dans l'ensemble des domaines adhérents au mouvement « La Renaissance des AOC », les vignerons n'ont pas attendu Pontet Canet. Notre engagement dans cette voie, se fonde sur des constats autres que ceux nourris d'observations « marketing ».
- Une nature de plus en plus dégradée, des sols abîmés, des plantes fatiguées.
- Des problèmes de santé manifestes, pour l'ensemble des humains, utilisant les produits de cette agriculture chimique.
- Une perte du goût authentique.
- Un modèle économique dangereux pour les exploitations viticoles.
- etc.
Avec tout cela, observations, principes, et un peu de savoir-faire, beaucoup de « savoirs-faire » accumulés, nous avons fait au Château Lagarette, les vins que vous connaissez et appréciez !

samedi 1 mai 2010

Biodynamie, réveil des terroirs, connaissances oubliées, salinité des vins ?



En mai 2010 nous avons reçu Jacky Rigaux,écrivain, Université de Bourgogne. Qu'entend-il par "réveil des terroirs" ? Réveil qui redessine les différentes manières de cultiver la vigne: conventionnelle, raisonnée, bio, biodynamie, nature.


"La biodynamie est une troisième viticulture qui s'organise autour des connaissances oubliées. Cette viticulture porte une double attention à la vigne d'une part, elle se préoccupe du fait que la vigne plonge ses racines dans le sol, d’autre part elle se préoccupe du fait que la vigne étend son feuillage vers le ciel. La biodynamie prend en compte tous les éléments naturels, aussi bien ceux qui viennent du haut que ceux qui viennent des profondeurs de la terre. Elle accompagne la vigne si souvent maltraitée par des excès de productivisme et de chimie vers de nouveaux équilibres".
Idée majeure des viticulteurs en biodynamie : réactiver les forces naturelles de la vigne, utiliser des « préparats » pour faire en sorte qu’au bon moment, on aide la plante, par des apports de produits naturels, à retrouver son fonctionnement normal . L'idéal serait qu'à terme la vigne se débrouille toute seule, mais de temps en temps elle peut avoir besoin de "préparats".

Quelle différence de goût entre les vins issus des méthodes conventionnelles et ceux issus de la biodynamie ? "Avec la viticulture conventionnelle on a des raisins qui ont un rapport, jus, peau, différent. Les peaux étant aujourd'hui de plus en plus fines, les vins sont de plus en plus dilués. Il faut donc intervenir souvent. Certains chaptalysent. Du coup, ça donne des vins où la sucrosité domine. Robert Parker les a plébiscités puisqu'il aime ces vins puissants à haute sucrosité . Les vins issus de la biodynamie, eux, retrouvent les goûts d'avant le phylloxéra. Ils renouent avec la salinité, cette finale qui se termine sur des sensations plus cristallines que sucrées"