mardi 27 décembre 2011

"L'Université du goût des vins en biodynamie"







2012
à Bordeaux au Café de l'Opéra du Grand-Théâtre,

puis à Paris ...



"Une Université du goût des vins en biodynamie", pour apprendre, échanger, débattre, bien sûr ! Mais aussi et surtout pour approcher, apprécier et partager les savoirs d’expérience des vignerons en biodynamie. "L'Université du goût des vins en biodynamie", c'est un assemblage d’espaces de rencontres où se retrouvent de grands amateurs jeunes et moins jeunes, passionnés par les vins vrais, ainsi que des vignerons, riches de leur expérience et de leur savoir-faire. Tous ont une même passion partager savoirs et saveurs.



Plusieurs espaces sont ouverts :



Un espace découverte des vins en biodynamie, sorte d' espace "Apéro biodynamic & Music" ou se conjuguent vins en biodynamie , convivialité et musique ( le premier a déjà eu lieu le 10 décembre, au Café de l'Opéra de Bordeaux avec du jazz )

Un espace rencontre « Un livre et des vins ».



Un espace "Débats et controverses" dans les univers de la viticulture biodynamie, bio et conventionnel.



Un espace "Masterclass": Rencontre avec de grands vignerons.



Un espace "Cours et séminaires" pour apprendre l’art de déguster autrement les vins en biodynamie.



Un espace "Evènements et manifestations", variable selon les saisons . Le premier évenement aura lieu au Café de l'Opéra à Bordeaux, au printemps 2012, pour les "Primeurs en biodynamie".



Enfin un septième espace, "sorte de hub" donnant accès à tous les autres et où seront abordées, documentées et travaillées, en direct et en numérique, toutes les thématiques liées au «goût des vins vrais et sincères».



Cette Université, a été créée par Olympe et Yvon Minvielle, viticulteurs au Château Lagarette, en partenariat avec Nicolas Joly et Jacky Rigaux.
contact@savoirsdesterroirs.com - tél : 06 03 46 30 60

lundi 26 décembre 2011

Entrepôt de connaissances métier des vignerons en biodynamie


Un nouveau site !

www.savoirsdesterroirs.com

"Savoir des terroirs", est un «entrepôt de connaissances métier», qui rassemble et organise les savoirs d’expérience des vignerons en biodynamie, pour une part ceux des membres de Renaissance des A.O.C. , et d’autre part ceux pratiquant la biodynamie sans être membres de ce groupe.

Par ailleurs, cet « entrepôt de connaissances » donne également la parole à des philosophes, des écrivains, des journalistes et des experts.

Un espace numérique où sont assemblées des ressources

Comme tout entrepôt de connaissances, Savoirs des Terroirs rassemble dans un espace numérique l’ensemble des ressources, des « savoirs », qu’il est souhaitable de maîtriser pour conduire une activité professionnelle. Il s’agit ici de l’activité de vigneron entendue au sens large, qu’il soit dans la vigne ou dans le cellier, qu’il organise des dégustations, ou réfléchisse à ce qu’est le vin. L’ensemble de ces « savoirs » ont des statuts fort différents : certains décrivent une activité, d’autres expliquent ce qu’il est nécessaire de maîtriser pour faire avancer cette « activité-processus », d’autres enfin proposent des normes et des règles pour conduire l’activité.


Des ressources articulées aux processus métier


Toutes ces ressources, pour être accessibles et utiles, sont articulées avec différents composants du processus-métier du vigneron. Ces processus-métier, sans rentrer dans trop de détails, sont présents dans les onglets constitutifs du menu : le vigneron travaille la plante, vendange sa vigne, travaille dans le cuvier ou le cellier, élève son vin, goûte, déguste, et invite à déguster avec lui, etc. L’essentiel du processus métier est donc décrit. Et c’est sur les items de ces différents éléments constitutifs du processus-métier, ou sur les sous-items, que se trouvent agrafées, numériquement parlant, les ressources présentées. Notons que sur ce même menu, on trouvera en amont des données sur les fondamentaux, et en aval des données sur des thématiques plus générales comme « vin et société », « domaines et régions du monde », etc. Le tout, se termine par un index, qui nous permet de retrouver les définitions techniques, dont nous avons besoin pour comprendre le propos des experts.

Un espace destiné aux amateurs comme aux professionnels

Cet entrepôt de connaissances métier des vignerons en biodynamie, est destiné aux amateurs éclairés comme aux professionnels. Les uns et les autres doivent pouvoir y trouver satisfaction à le fréquenter. Bien entendu, nous ne sommes qu’au début de la mise en place de cet entrepôt de connaissances. Nous avons bâti ces premières ressources en réalisant le film L’ESPRIT DU VIN - Le réveil des terroirs. Dès ce mois d’octobre, de nouvelles séquences vont être tournées et postées sur le site au rythme d’une dizaine ou d’une quinzaine par mois. L’objectif est de rendre l’entrepôt de connaissances vivant, utile et actif. Les cent premières ressources sont pour nous un seuil de démarrage, viendront ensuite des ressources complémentaires.

Site consultable par abonnement : 8 euros par mois.

Pour échanger avec nous : yvon.minvielle@wanadoo.fr / 0603463060

www.savoirsdesterroirs.com

lundi 7 novembre 2011

Lagarette un vin à re-découvrir !


Vous connaissez le vin de Lagarette, et nous espérons que vous l’appréciez. Mais, ce vin qui s’est donné à vous à l’occasion d’une dégustation, d’une rencontre, ou d’une découverte traditionnelle, il faut aujourd’hui le revisiter, le repenser, le repositionner, par rapport à ce que le film « L’Esprit du vin, le réveil des terroirs », vous a apporté si vous avez eu l’occasion de voir ce film.





Olympe et Yvon Minvielle dans la parcelle du cabernet franc
Chateau Lagarette
Photo J.P. Muller


Avec « l’Esprit du vin », on comprend comment se construit un vin en biodynamie, comment on aboutit après moult parcours, à l’expression de la parcelle, à l’expression du lieu.

Ainsi, le vin de Lagarette, qui a traversé des millénaires avant d’arriver à vous ( nous ne parlons pas des pieds de vigne actuels, ni des bouteilles, mais de la terre, de la roche, du lieu), vous ne pourrez vraiment l’apprécier et l’emporter avec vous, dans des voyages à venir, que si vous entendez ce message : "C’est parce qu’il y a une prise en compte des sols, des terroirs, des roches, que peuvent s’exprimer ces plantes bien particulières que sont les vignes. Il ne s’agit pas de marques, il ne s’agit pas de discours habillés par "x" produits chimiques, il ne s'agit pas de belles étiquettes à boire. Tout cela ne fait pas un Grand Vin". Ce qui compte, c’est la sincérité, l’expression de celui qui s’engage dans ces pratiques, mais aussi de celui qui consomme le produit, et qui va contribuer par ce geste, à le faire connaître du plus grand nombre.
Yvon Minvielle

Et pour aller plus loin dans cette compréhension des pratiques des vignerons en biodynamie, consultez :
www.savoirsdesterroirs.com

LAGARETTE, "un vin de fête" !

Pour ceux qui ne connaissent pas le vin de Lagarette,
Pour les amis(ies), les curieux, les amateurs de bons vins,...
Pour ceux qui veulent passer commande pour les fêtes de fin d'année,
des "Dégustations /ventes" sont prévues :

Près de Bordeaux au Château Lagarette à Camblanes et Meynac
tel 0556200878/ 0614138966

A Paris : 14 rue Falguière dans le 15ième
tel : 0143067698/ 0603463060

Salon de vins " bio" près de Bordeaux ( Bègles) " Le Marché gourmand des vins " bio"
Samedi 19 et 20 novembre
Stade André Moga, 25 rue Delphine Loche - Complexe Loche - Bègles 33

Et un Evénement à Paris ! Péniche " Petit bain" ( face bibliothèque François Mitterrand)
27 novembre ( à partir de 16 h) Projection du film " L' Esprit du vin, Le réveil des terroirs" avec débat et dégustations de vins en biodynamie.

La presse en parle : L' AFP, L'Alsace, Sciences et Avenir, TV5, Bourgogne.live, Sud Ouest, le Nouvel obs, Sud Ouest.com, le Résistant, la Montagne, Le Républicain pyrénéen, cyberpress canada, etc...


Renseignez vous, inscrivez vous.

chateaulagarette@wanadoo.fr
Prix de la bouteille : à partir de 10 e


mercredi 7 septembre 2011

Dégustations... à scénariser ?







Scénarisation de la dégustation

ou 3ième mi-temps ?



Expliquons-nous !

Depuis que nous avons commencé les projections de notre film « L’esprit du vin – le réveil des terroirs », nous organisons presque toujours à la suite des projections et des débats une dégustation de vins en biodynamie. Lors de ces dégustations, nous présentons notre vin mais aussi d’autres vins du Groupe Renaissance des A.O.C. en particulier ceux des vignerons présents dans le film.


Ce qui se passe lors de ces dégustations ne cesse de nous étonner. Pourquoi ? A chaque fois nous observons une intensité de l’expression, des questions posées, des remarques, des commentaires. Intensité que nous n’avons pas l’habitude de ressentir lors des dégustations traditionnelles. Et de nous demander pourquoi en est-il ainsi ? Peut-être, tout simplement parce que, après avoir reçu les messages du film, participé à un débat avec les auteurs présents mais aussi avec les autres spectateurs, il se construit dans l’esprit des participants, une image de ce que sont nos vins. C’est à partir de ces images construites à l’occasion de la projection et du débat, que l’acte de déguster va s’ouvrir.


La dégustation prend alors un tout autre sens. Elle est une sorte d’aboutissement des deux processus précédents, écoute du film et débat. Elle se présente comme un accomplissement. Elle est le moment où, avec notre corps, avec nos sens, nous allons comprendre et apprécier ces vins. Mais c’est aussi avec cet autre corps, notre culture et notre langue, que va s’exprimer le ressenti de ce que le corps, notre corps nous dit, lorsqu’il déguste ces vins.


Tout cela peut paraître un peu philosophique, voire métaphysique, un peu compliqué même. C’est une sorte de troisième mi-temps, expression issue de l’univers sportif pour nommer le temps de la fête qui suit les deux mi-temps du jeu. Dans notre cas, les deux mi-temps sont asynchrones. Elles ne sont pas équilibrées. Il y a le temps de la projection, le temps du débat. La troisième mi-temps, c’est le temps de la rencontre, le moment où se conjuguent le vu, le débattu et le perçu.


Elle est d’autant plus passionnante cette troisième mi-temps, qu’elle favorise l’émergence, d’une quatrième mi-temps, sorte que personnalisation des questions qui deviennent très pratiques et très concrètes. « Dans mon jardin, me dit l’un d’entre eux j’ai un pied de vigne, il se comporte de telle et telle manière, qu’en pensez-vous ? ». Ou encore, que pensez-vous du vin de tel vigneron, de telle région ? Est -il vraiment en biodynamie ? Et les preparats ?


Scénarisation de la dégustation ? Non.

Nous ne sommes pas chez les conventionnels ! Nous sommes dans un aboutissement du travail d’écoute et de réflexion qui permet aux participants pendant nos dégustations de retrouver après le film, dans le verre, ce que leurs yeux ont vu, ce que leurs oreilles ont entendu. A la bouche de goûter maintenant et de s’exprimer !



Septembre : C'est le temps des vendanges et du "vivre ensemble"

A Paris dégustons ensemble, avant et après le film !


PARIS 13 : Apéros Vintage 13 septembre à partir de 18h

Bâteau " Petit Bain" 7 port de la gare ( au pied de la BNF François Mitterrand)

Dégustation de vins de Bordeaux "naturels" et conventionnels. Une occasion de comparer !


PARIS 5 : 22 septembre - 20h - Cinéma La Clef, 34 Rue Daubenton

Projection du film" L'ESPRIT DU VIN, Le réveil des terroirs" ,
débat et
dégustations de vins de biodynamie
Séance en partenariat avec l'association http://www.tastings.fr

Site du film : bandes annonces, entretien avec les réalisateurs, dates de projections, presse, etc...
http://www.lespritduvin.org/









lundi 6 juin 2011

Avant l'été 2011, quelques brèves...!







1- Mai. La vigne est belle, la couleur des feuilles superbe.La fleur s'est bien passée. cette année nous n'écimerons pas.
Quelques astes grimpent vers le ciel. Folles de joies, leur ondulations donnent de la vie aux parcelles.

2- AMPHORE le concours organisé par Pierre Guigui de Gault&Millau, nous a fait l'honneur de classer notre Cuvée Renaissance 2005 dans la catégorie " Médaille d'Argent". Belle récompense.

3- Depuis octobre 2010, sont commercialisés sur Bordeaux , les vins du Château Lagarette. Grands restaurants, cavistes, fromagers, réseaux bio, et autres présentent nos productions aux amoureux de vins sincères, ceux qui savent exprimer la vérité des goûts des parcelles.

4- Pendant Vinexpo Bordeaux, le 20 juin nous serons présents avec le Groupe Renaissance des A.O.C. La manifestation réservé aux professionnels du vin a lieu au Grand Théâtre de Bordeaux.
Notre film " L'ESPRIT DU VIN, Le réveil des terroirs" sera projeté en français et en anglais 1 fois le matin, 2 fois dans l'après midi. C'est le moment du grand départ
Des séances " Avant-Première" à Bordeaux et Paris sont prévues avant les vacances ( voir calendrier sur le site)

5- Le site du film "www.lespritduvin.org" vous offre toutes sortes d'infos sur le film.
Allez vite voir !

mercredi 30 mars 2011

FILM " L'ESPRIT DU VIN, Le réveil des terroirs"

Film sur la viticulture en biodynamie
3ième bande annonce ( 2')

Un film d'Olympe et Yvon Minvielle Château Lagarette 2011



"Ce film est un message d'espoir que nous adressons aux jeunes d'aujourd'hui et aux générations futures"
Yvon Minvielle

La biodynamie est l'une des voies possibles pour la viticulture de demain. Le film aide à comprendre les sagesses pratiques des vignerons en biodynamie : Préserver : le vivant du sol, la biodiversité, l'environnement, la santé des consommateurs... Une invitation à nous réconcilier avec la nature et à bâtir des avenirs meilleurs.

Avant-première avec débat :
Cinéma UTOPIA Bordeaux : Le 27 juin à 20h30
Séance précédée d'une dégustation de vins en biodynamie
Groupe Renaissance des Appellations

Production Anémos
yvon.minvielle@wanadoo.fr
chateau.lagarette@wanadoo.fr

mardi 8 mars 2011

Entretien avec Yvon Minvielle, citoyen écologique

Une autre vision de la nature et du vivant


photo tournage Domaine Josemeyer Alsace


Yvon Minvielle,viticulteur au Château Lagarette,co-auteur
du film L’ESPRIT DU VIN « Biodynamie,le réveil des terroirs » 2011(1h30)






Pourquoi faire un film aujourd’hui sur la biodynamie ?

C’est une histoire personnelle. Une histoire déjà longue, presque une quinzaine d’années. C’est la redécouverte des pratiques viticoles sous leurs différentes formes. Je suis issu du monde viticole, mais ce monde s’est fermé au début des années 60. Je l’ai quitté, je l’ai oublié. Je n’y suis revenu que trente ans plus tard et là, j’ai vu et entendu des « choses terribles », des choses qui contribuaient à la destruction des sols, à la destruction des plantes, au nom d’une chimie bienveillante etc. Tout le monde connaît cette histoire. Observant le sol, la plante, la nature, je me suis donc tourné avec Olympe ma compagne, vers une autre viticulture. Tout d’abord, la viticulture bio, puis ensuite la viticulture en biodynamie parce que, elle seule, m’apparaissait fonder sur des bases nouvelles, une approche des pratiques viticoles respectueuse du vivant. La biodynamie que je découvrais me semblait porteuse d’une autre vision de la nature, d’une autre philosophie de la nature. La viticulture bio se contente, hélas trop souvent, de remplacer les intrants chimiques, par des intrants bio. C’est déjà beaucoup, mais à notre sens, c’est insuffisant.

C’est pour témoigner de ce parcours personnel que j’ai souhaité faire ce film, mais cette raison n’est pas suffisante. Il y a d’autres raisons qui m’ accompagnent dans cette décision. Tout d’abord, un contexte politique qui nous conduit à penser que, sous peu, l’affrontement entre la viticulture conventionnelle, et la viticulture bio et biodynamie, se fera sous des formes très dures et très violentes pour la simple raison que par leurs seules existences, la viticulture bio et la viticulture en biodynamie « dénoncent » les pratiques de l’agriculture conventionnelle. Les pratiques de la biodynamie soulignent le désastre provoqué par les intrants sur les sols, sur les plantes, sur l’état sanitaire des grains de raisins donc sur le vin. Tôt ou tard, cette opposition viendra au grand jour, fera débat et conduira à des révisions déchirantes de certaines pratiques. Il nous paraît donc important, dans ce contexte, d’être prêt à affronter le débat, de rassembler suffisamment de données pour argumenter bien sûr, mais aussi faire comprendre à tous ceux qui s’intéressent au vin, les tenants et les aboutissants du débat qui va s’ouvrir. D’une manière générale, je pense que c’est aux vignerons eux-mêmes, et nous sommes des vignerons, de maîtriser leur argumentation, leur stratégie de communication et leur leur défense, tout ce qui peut les valoriser etc. Il n’est pas souhaitable de laisser les « autres » parler à notre place de ce qui relève de notre pratique ordinaire de vigneron.


Que retenez-vous de ces rencontres et échanges avec les vignerons de Renaissance des AOC, pendant les tournages ?

Les vignerons de Renaissance des AOC sont de fabuleux philosophes praticiens. Ils ont une intimité forte avec la nature, un contact quotidien. De ce contact quotidien, de cette intimité, il retire ce que j’appelle une sagesse pratique c’est-à-dire une certaine manière de se comporter avec la nature, mais aussi avec l’ensemble du vivant, avec les humains, avec eux-mêmes, et avec leurs proches. L’expression de cette philosophie ne se dit pas dans de grands discours, et de grands principes, elle s’inscrit dans le quotidien de leur acte, leur manière de faire, leur manière de vivre, de parler aux animaux, au cheval, d’observer les plantes, d’attendre patiemment que la réponse à une question posée se construise. Il y a dans l’activité des vignerons de Renaissance des AOC un cheminement original et spécifique dans le rapport à la nature.


L’agriculture est en danger, la terre aussi, quelles seraient, selon vous, les solutions possibles pour les générations futures ?

Voilà une question très importante à laquelle je ne saurai répondre en quelques mots, mais il est vrai que la biodynamie, comme je le disais à l’instant, contribue à fabriquer un type d’hommes et de femmes particulièrement attentifs aux évolutions naturelles. Il y a une sorte de néo-citoyenneté qui se forge avec un souci important de la responsabilité des actes que l’on pose lorsqu’on intervient sur la nature. Peut-être - je me risque un peu en disant cela - l’agriculture et la viticulture en biodynamie sont- elles les écoles de demain d’une citoyenneté écologique positive où l’on apprendrait à penser par les conséquences c’est-à-dire à se demander, à chaque fois, que l’on intervient sur des processus naturels déjà en place, quelles conséquences cela va avoir, quels risques on fait courir à la plante, aux autres plantes qui vivent avec cette plante, aux humains en général, à l’humanité toute entière. Certains diront « voilà des propos bien naïfs: Ce n’est pas parce que je donne à ce pied de vigne quelques gouttes de produits phytosanitaire, que je mets la planète en danger". Détrompez-vous chers amis qui pensez cela. Ce sont des actes aussi simples, aussi ténus que ceux que je viens d’évoquer qui demain sans doute permettront à celui que j’ai appelé le citoyen écologique de contribuer à ce que notre planète reste vivante.

dimanche 16 janvier 2011

FILM "L'ESPRIT DU VIN, le réveil des terroirs"



Michel Serres
, Philosophe.
Photo reportage film " L'ESPRIT DU VIN" D.R.

2011 Film documentaire, long métrage, sur la biodynamie, viticulture de demain.

Dans un monde où les déséquilibres "naturels" ne sont plus maîtrisés, réchauffement climatique, tsumani, vache folle, OGM, pandémie, folies de l'agrochimie, abus de pesticides, risques sanitaires... les vignerons en biodynamie expriment par leur travail et leur produit, une vision apaisée des temps présents, mais aussi des temps futurs, où à partir d'une question éminement politique "Que veut dire se nourrir ?" l'humanité pourrait refonder l'idéal du vivre ensemble.
Par leurs histoires, leurs pratiques, et l'accumulation des savoirs d'expériences, les vignerons en biodynamie ouvrent cette voie.

DIAPORAMA ANNONCANT LE FILM SUR LA VITICULTURE EN BIODYNAMIE ( 4')
Un film d'Olympe et Yvon Minvielle, viticulteurs au Château Lagarette
L'ESPRIT DU VIN " Le réveil des terroirs" ( 1ière partie)
Avec la participation des vignerons en biodynamie du "Groupe Renaissance des Appellations"




BANDE-ANNONCE DU FILM SUR LA VITICULTURE EN BIODYNAMIE ( 4')
Un film d'Olympe et Yvon Minvielle, viticulteurs au Château Lagarette
L'ESPRIT DU VIN " Le réveil des terroirs" ( 1ière partie)
Avec la participation des vignerons en biodynamie du "Groupe Renaissance des Appellations"



Il y a bien des façons de présenter un film.
Pour "Le reveil des terroirs" nous avons choisi une galerie de portraits ( 35 personnes de régions différentes et autres pays) : celles et ceux qui nous ont fait l'honneur de contribuer à notre film en racontant leur vie de vignerons. Ce sont tous des inventifs , des expérimentateurs et des observateurs de grande qualité.
Ecrivains, philosophes, scientifiques, professionnels du vin, se sont joints à eux.
Tous ont cheminé avec nous, pour vous conter l'histoire des vins en biodynamie.


FILM BIODYNAMIE : L'ESPRIT DU VIN Le réveil des terroirs ( 2')
3ième bande annonce.
Un film d'Olympe et Yvon Minvielle Château Lagarette 2011



La biodynamie est l'une des voies possibles pour la viticulture de demain. Le film aide à comprendre
les sagesses pratiques des vignerons en biodynamie : Préserver : le vivant du sol, la biodiversité, l'environnement ,
la santé des consommateurs,... Une invitation à nous réconcilier avec la nature et à bâtir des avenirs meilleurs.

Production ANEMOS



yvon.minvielle@wanadoo.fr
chateau.lagarette@wanadoo.fr

samedi 8 janvier 2011

BONNE ANNEE 2011 ! Avec Stephane Hessel ...



2011 Stephane Hessel nous invite à l'indignation positive !
Les vœux de résistance de Stéphane Hessel

Comment nous, vignerons en biodynamie, pourrions nous ne pas entendre son appel ?
Tout ce qui se passe autour de nous dans nos environnements professionnels,
nourrit plus que nécessaire,notre capacité à nous indigner.


Nous sommes les défenseurs des A.O.C. et des terroirs, mais c'est nous qui sommes menacés de déclassement, parce que nous défendons le positif du rapport au terroir, et que nous contestons l'usage intempestif des pesticides.
Indignation !

Inquiétés par l'abus des sulfites pour nos santés, nous réduisons la présence dans nos vins. C'est nous qui sommes interpelés parce que nous sommes en dessous des seuils dits "normaux".
Indignation !

Nous demandons à ce que le consommateur soit informé, de ce que contient comme résidus de pesticides une bouteille de vin. On nous dit en réponse - mais peut-on appeler cela une réponse ? que la filière ( viti-vini) est aujourd'hui trop fragile pour supporter que de telles informations soient affichées sur des contre-étiquettes.
Indignation !

Et la liste pourrait s'allonger...

Seul réconfort dans cet univers de pratiques "honteuses" des professionnels de la filière et des consommateurs curieux et cultivés cherchent nos vins, souhaitent mieux comprendre comment nous travaillons et trouvent dans nos manières de faire une expression concrète de valeurs rares aujourd'hui recherchées : sincérité ( des vins sincères), droiture ( des vins droits de goût), vérité-intégrité ( des vins vrais qui disent le lieu, le terroir, des vins qui ne sont pas maquillés )

Après l'indignation, la reconnaissance par les valeurs !